Culture et politique
de la Relation

Pourquoi inviter à « la Relation » en matière de politique publique de la culture ? Et que veut dire « politique de la Relation » dans ce contexte ? Pourquoi utilise-t-on ces termes ? Sur quelles pratiques, sur quels parcours s’appuient ces analyses et ces propositions ?
Comment faire vivre cette politique de la Relation ? Qu’est-ce qui est en jeu dans ce qui se dessine ainsi ? Répondre à ces questions est l’objet d’un projet de livre accompagné d’ateliers collectifs et de conférences.


Le comportement des publics face à l’offre

Le « comportement des publics » n’existe pas en soi : il n’existe que par rapport à un objet situé dans un contexte. Nous vous invitons à considérer que le comportement des publics :
— d’une part, s’inscrit plus largement dans la question des relations qu’entretiennent les habitants à l’offre culturelle d’un territoire, ainsi que dans leur propre rapport à la culture, à leurs pratiques, à leurs attentes,
— d’autre part, suppose de prendre en compte les « représentations », les analyses implicites, les subjectivités de l’ensemble des acteurs de cette relation dont les professionnels, les différents partenaires, les politiques, etc.

L’accompagnement et l’analyse des pratiques

Pour contribuer à renouveler les politiques publiques de la culture, des termes tels que « co-élaboration », « co-construction » ont été mis en valeur. De nouvelles pistes de travail ont émergé. Des pratiques de gouvernance impliquant les différents acteurs dans des processus d’élaboration des orientations de politique culturelle ont été initiées par certaines collectivités publiques. Ces changements en cours placent de plus en plus clairement le professionnel en situation de médiation, de co-opération, d’accompagnement, de pilotage d’équipe-projet. Ainsi, cette évolution du champ culturel met en jeu de façon croissante les dimensions de la relation dans l’activité professionnelle elle-même. Ce renversement…


Dossiers spéciaux